Nous vivons dans une période captivante, caractérisée par de rapides progrès technologiques. Il n’y a aucun doute là-dessus. L’invention des ordinateurs et d’autres dispositifs technologiques connexes a révolutionné, à coup sûr, notre façon de travailler et vivre.

Le travail et la vie sociale sont deux domaines de la vie qui ne cessent d’évoluer. Regardez simplement comment la démocratisation d’appareils intelligents comme les smartphones a permis aux gens de travailler dans le confort de leur foyer et de communiquer avec d’autres personnes qui peuvent même être à des milliers de kilomètres de distance.

Jusqu’à présent, ces progrès ont apporté de bonnes nouvelles aux entreprises de traduction, avec l’introduction de dictionnaires numériques, d’appareils TAO et d’autres outils permettant d’améliorer la productivité. De plus, ils ont rendu le réseautage et le travail à distance plus rapides, plus faciles et moins coûteux.

Technologie vs travailleurs humains

Cependant, les experts  en nouvelles technologies sont tous d’accord pour dire que nous n’avons encore rien vu et que ces entreprises de traduction devraient se préparer à une révolution encore plus grande. Les chercheurs dans le domaine du machine learning sont sur le point de faire une percée significative.

Dans les années à venir, la technologie pourrait rendre des milliers de traducteurs sans emploi.

Pour mener à bien un projet, un traducteur a généralement besoin de plusieurs minutes, heures ou même jours, selon la complexité du travail et de nombreux autres facteurs. D’un autre côté, les logiciels peuvent effectuer le même travail en quelques secondes. Cela a suscité de l’anxiété chez les dirigeants et actionnaires de milliers d’entreprises de traduction dans le monde entier, ce qui est compréhensible.

Cependant, nos ancêtres sont passés par là. Ce n’est donc pas la première fois que cela se produit. Le progrès technologique fait des gagnants et des perdants.

Souvenez-vous de ce qui s’est passé pendant la révolution industrielle. Par exemple, les Luddistes ont organisé des manifestations contre l’application accrue de la technologie minimisant les coûts de main-d’œuvre dans l’industrie textile à forte intensité de main-d’œuvre. C’est parce qu’ils craignaient que la technologie ne rende la plupart d’entre eux sans emploi. En conséquence, ils ont rasé plusieurs usines textiles, entraînant des destructions massives de biens.

Cela ne signifie pas que les sociétés de traduction doivent organiser des manifestations similaires contre les développeurs de logiciels d’apprentissage automatique. Cependant, c’est une chose dont nous devrions tous nous soucier un tant soit peu. Devrions-nous?

Les traducteurs devraient-ils s’inquiéter des pertes d’emploi imminentes ? Ont-ils de véritables préoccupations ?

L’efficacité des traducteurs automatiques

Pour avoir une bonne perspective, il est important d’examiner la situation actuelle. Essentiellement, la traduction automatique en est encore au stade expérimental, en dépit de tout le battage médiatique qui a été fait.

En outre, de nombreuses entreprises de traduction sont loin de trouver la traduction automatique utile. En d’autres termes, elle a été largement inutile. Certes, il existe des milliers de logiciels de traduction en ligne et hors ligne que les gens peuvent utiliser. Il y en a beaucoup d’autres qui peuvent être achetés pour seulement quelques dollars. Cependant, même les logiciels les plus chers et les plus appréciés produisent souvent une traduction maladroite et médiocre. Dans certains cas, les personnes qui tentent de traduire des fichiers d’une langue à une autre reçoivent des informations trompeuses, voire erronées.

Plusieurs sociétés de traduction ont mené leurs expériences – en utilisant des logiciels informatiques pour traduire des fichiers – mais les résultats ont été très décevants. Essentiellement, les expériences consistaient à permettre aux ordinateurs de traduire des documents, puis à demander aux professionnels de les parcourir et d’y apporter des corrections au besoin. Cependant, les traducteurs professionnels ont découvert que ce travail était extrêmement difficile, autant que celui d’une traduction partie de zéro.

En effet, l’approche suivie par les systèmes de traduction assistée par ordinateur est complètement différente de celle des traducteurs professionnels. Les systèmes de traduction automatique utilisent soit une approche fondée sur l’expérience, soit une technique fondée sur des règles.

Même si de nombreuses organisations qui ont besoin de services de traduction opteraient pour la technologie afin de minimiser leurs coûts, il semblerait que ce ne soit pas une sage décision. Les organisations devraient plutôt faire appel à des traducteurs professionnels à plein temps ou sous-traiter le travail à des entreprises de traduction. Les traducteurs professionnels utilisent du matériel et des logiciels sophistiqués et peuvent donc offrir des services exceptionnels.

L’adoption de la technologie moderne rendra-t-elle les traducteurs professionnels sans emploi dans un avenir proche ? Cela obligera-t-il les entreprises de traduction à restructurer leurs activités et probablement à revenir à la case départ ? Que va-t-il se passer dans l’industrie de la traduction au cours des dix, trente ou cinquante prochaines années ?

Les traducteurs humains professionnels ont en effet de quoi s’inquiéter. En effet, les organisations qui ont besoin de services de traduction choisiront d’utiliser la technologie de façon optimale afin de minimiser les coûts d’exploitation. Par conséquent, ils n’emploieront qu’un petit nombre de personnes puisque la majeure partie du travail de traduction sera effectuée par ordinateur. D’autres organisations choisiront d’impartir le travail à des entreprises de traduction dans le même but de réduire au minimum les coûts d’exploitation. Les entreprises qui fournissent des services de traduction devraient donc se préparer à davantage d’opportunités d’affaires. Ces entreprises tireront profit de la technologie pour trouver des clients basés dans différentes parties du monde, et embaucheront à leur tour des traducteurs indépendants de n’importe où – Amérique du Nord, Afrique, Asie, Amérique du Sud ou Europe.