À 1 mois de l’entrée en vigueur de la réforme sur la formation professionnelle (1er janvier 2015), le site Dessine-moi l’éco se charge de nous expliquer la nouvelle législation, dans une vidéo toujours aussi pertinente et réussie.

En deux mots, voici les aspects qui vous impacteront en tant que salarié :

  1. Salariés et chômeurs disposent d’un CPF (Compte Personnel de Formation), ouvert à leur entrée sur le marché du travail, jusqu’à leur retraite. Il est plafonné à 150 heures de formation, et peut être abondé par l’employeur ou l’OPCA. À la différence de son prédécesseur, le DIF, le CPF suit le salarié tout au long de sa carrière.
  1. La formation est financée par l’employeur, qui verse une contribution annuelle à l’OPCA, à hauteur de 1% de la masse salariale pour les entreprises de plus de 10 salariés, et de 0,55% pour les entreprises comprenant entre 1 et 9 salariés.
  1. Tous les 2 ans, le salarié doit effectuer un entretien professionnel obligatoire abordant les perspectives d’évolution et les formations éventuelles.
  1. Tous les 6 ans, le salarié doit effectuer un récapitulatif de son parcours professionnel. Il devra justifier de ses entretiens biannuels, d’au moins une formation, d’une certification, d’une augmentation de salaire et/ou d’une évolution de poste. Si tel n’est pas le cas, l’employeur devra abonder son CPF.
  2. Les travailleurs actifs bénéficient du CEP (Conseil en Évaluation Professionnelle), service d’orientation sous forme d’entretiens gratuits avec des spécialistes de l’emploi.
Ebook
Ebook-public-sector

[Ebook] Quelles perspectives pour la digitalisation des ressources humaines dans le secteur public ?

Télécharger