Si la vidéo était si formatrice, pourquoi ne serions-nous pas plus intelligents en regardant la télévision ?

C’est une bonne question à laquelle il y a sans doute plusieurs explications. Comme toujours en formation, le contenu brut a une importance capitale. Par conséquent, on ne risque pas de progresser en management en regardant des émissions de téléréalité. Toutefois, même les reportages traitant de sujet de fond respectent rarement les fondamentaux pédagogiques nécessaires au transfert de compétences.

Il est capital de ne pas confondre le déferlement de vidéos arrivées par les phénomènes Youtube ou Dailymotion et des vidéos adaptées à la formation. Bon nombres de « tutos » présents sur ces canaux n’ont de tutoriels que le nom et ne permettent pas de transmettre une réelle compétence. Nous avons d’ailleurs pu confirmer qu’il existe une corrélation entre le classement de préférence des vidéos dites « tutos » sur YouTube et leur rapprochement avec le modèle que nous préconisons et qui s’appuie sur le protocole de verbalisation et la mise en place des points d’ancrage.

On pourrait donc résumer à deux piliers la pertinence pédagogique d’une formation vidéo. Le premier consiste à respecter un protocole de verbalisation et le second à mettre en place des points d’ancrage.

Le protocole de verbalisation

En phase de captation, notamment lors de savoir-faire techniques, nous conseillons de faire verbaliser par l’opérateur ses actions. En effet, voir le geste métier parfois ne suffit pas pour le refaire, il faut aussi comprendre comment et pourquoi il est mis en oeuvre pour permettre son apprentissage.Les commentaires en situation sont un moyen efficace d’extérioriser la connaissance tacite du geste. Notre expérience démontre qu’il n’ont pas d’influence néfaste sur le geste en lui-même, tout au plus une verbalisation aboutie peut avoir comme conséquence naturelle de ralentir le rythme initial du geste, ce qui pourra faciliter l’apprentissage lors de la transmission du savoir. De plus, la verbalisation a pour conséquence de faire ressortir, non pas le savoir-faire lié au geste, mais plutôt les actions procédurales appliquées pour réaliser ledit geste.

La captation de compétences est une démarche qui concerne tous les champs de compétences


 

La captation de compétences ne doit pas se limiter aux compétences intellectuelles ou managériales mais doit aussi pouvoir s’appliquer à des compétences d’opérateur.
L’entrée ne se fait pas par le poste, contrairement à la plupart des réflexions sur la gestion des compétences, mais par la personne : ce sont bien les compétences de l’individu et en particulier ses compétences tacites que l’on va chercher à capturer ou à capter.

Les points d’ancrage

La vidéo permet de capter de manière naturelle un geste, un propos, une procédure, etc. mais l’apprenant a souvent besoin de repères qui joueront le rôle de catalyseur, afin de raccrocher au déroulement de la vidéo des images mentales qui faciliteront la mnémonique de la séquence de formation. Cela demande de faire de l’incrustation de média dans les écrans de la vidéo. Cela peut être une image qui permet de détailler un point précis ou encore quelques mots-clés dans le cas d’une formation centrée sur le discours.

Cet article vous a plu ?

Téléchargez le livre blanc « La vidéo en formation : un outil central pour la captation et la retransmission des compétences » pour tout savoir sur les bénéfices du video learning.